Tas de vieux écrans à la décharge - DEEE - Label NR

Vous êtes-vous déjà demandé où mettre vos vieux câbles ou vos appareils électroniques arrivés en fin de vie ? Un amas qui s’entasse souvent dans vos tiroirs alors qu’ils pourraient être collectés afin d’être revalorisés.  

Chaque année, plus de 930 millions d’équipements électriques et électroniques (EEE)* sont mis sur le marché (dont 83% d’EEE ménagers et 17% d’EEE pour les professionnels). Ce chiffre est en perpétuelle croissance. Nous sommes en effet, de plus en plus nombreux à multiplier ces appareils (équipements informatiques, objets connectés, cartouches, lampes, appareils ménagers, etc). Comme la durée de vie de ces équipements est souvent trop courte, ils deviennent rapidement des déchets, dont il faut gérer la fin de vie. On parle alors de DEEE ou de D3E : déchets d’équipements électriques et électroniques.

L’impact environnemental et social des DEEE

Tous les appareils électriques ou électroniques sont constitués de matières premières et de métaux qui vont être amenés à se raréfier et de substances polluantes… Un enjeu de taille qui doit pousser les industriels à se tourner vers plus de circularité dans leurs modèles. L’objectif premier des fabricants est d’allonger la durée de vie de leurs produits et de lutter contre l’obsolescence programmée. Comment ? 

  • Avant la conception, en menant systématiquement une réflexion sur l’usage ;
  • En adoptant une démarche d’éco-conception pour réduire l’utilisation de matières premières et de polluants ;
  • En assurant la réparabilité du produit ;
  • En développant le marché de seconde main
  • Ou enfin en intégrant l’économie de fonctionnalité à leur modèle économique (vente de l’usage d’un bien).

Grâce à ces solutions, le fabricant lutte contre l’augmentation croissante des déchets électroniques et réduit son empreinte environnementale.

En attendant l’avènement d’un modèle économique 100% circulaire, la question de la fin de vie de ces équipements reste fondamentale. Comment collecter et recycler de manière efficace ces DEEE ? Aujourd’hui, ces déchets ne sont pas suffisamment collectés et souvent mal traités. Malgré une légère hausse d’environ 5% en 2019, seulement 40% des DEEE sont collectés selon les éco-organismes agréés (dont 74% sont recyclés).  Cela explique que 48% des DEEE échappent au bon traitement de dépollution. Un frigidaire français peut se retrouver aisément dans le golfe de Guinée, ou un ordinateur américain au Nigéria. De gigantesques décharges à ciel ouvert se multiplient dans des pays pauvres d’Afrique et d’Asie. Un scandale écologique et social aux mains de mafias forçant des milliers de travailleurs locaux à récupérer ces métaux précieux, au péril de leur santé…

Qu’est-ce qu’un éco-organisme ? Comment sont-ils financés ?  

Apparus au début des années 90, un éco-organisme est une structure privée à but non-lucratif, agréé par l’Etat, qui a pour objectif de collecter des produits en fin de vie afin d’en assurer son traitement.  

Ils ont été créés dans le cadre de la Responsabilité Elargie des Producteurs (REP). Cette réglementation oblige la prise en charge de la fin de vie des produits par les fabricants, distributeurs ou importateursC’est le principe même du Pollueur-Payeur ! Le but étant donc de financer et d’organiser des solutions pour collecter le maximum de déchets et maximiser le taux de recyclage 

Il existe aujourd’hui une quinzaine d’éco-organismes en France pour tout type de matériaux (DEEE, emballages ménagers, papier, meubles, textiles, médicaments, piles et batteries, etc…). Ces derniers sont financés par les « écocontributions » versées par les sociétés adhérentes émettrices du déchet créé. Plus les coûts de traitement du déchet sont élevés, plus l’entreprise paiera cher son écocontribution (barème fixé par chaque éco-organisme). Il existe désormais des bonus ou malus en fonction de critères environnementaux prédéfinis. L’objectif étant ainsi de pousser les marques à limiter la fabrication de produits peu ou trop difficilement recyclables.  

Comment agir dans votre entreprise ?

A la maison ou au bureau, chacun peut devenir acteur pour éviter que nos déchets se retrouvent à l’autre bout de la planète. Vous pouvez alors vous rapprocher de ces éco-organismes agréés pour les collectes de vos DEEE. Mais dans un premier temps, n’oublions jamais que « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas » ! Des campagnes d’informations et de sensibilisation sont nécessaires en amont de toute démarche pour garantir une meilleure durabilité de nos produits à travers un meilleur usage 

Logo Ecologic - Label NR

Certains éco-organismes (ou prestataires privés), proposent des solutions de collectes avec une véritable traçabilité des déchets (certifications et reportings) garantissant une meilleure transparence. L’éco-organisme « Ecologic France » offre ainsi aux entreprises un service de collecte et de traitement DEEE transparent et avantageux. Grâce à leur plateforme de gestion en ligne e-dechet, vous pourrez prévoir l’enlèvement de vos équipements sur site, localiser les points de collectes et également suivre vos émissions de déchets. Ecologic a également lancé la box « WEeeTRI » pour les collectes de petits appareils électroniques usagésEcologic est aussi partenaire du Téléthon chaque année (100 kg collectés de DEEE = 25€ versés à la recherche médicale) jusqu’au 31 janvier 2021. Enfin, pour éviter l’émission de déchets inutiles, l’éco-organisme a lancé un site internet « https://www.e-reparation.eco/ » qui vous aide à diagnostiquer l’état de votre appareil et référencie, à travers l’annuaire de l’ADEME, plus de 78 830 professionnels pour faciliter la mise en relation avec un réparateur indépendant dans le but de prolonger la durée de vie de vos équipements… Un moyen efficace pour agir concrètement contre l’obsolescence programmée !

Weeetri box, récupération DEEE

Une solution simple et efficace pour sensibiliser l’ensemble de vos collaborateurs en les impliquant dans la mise en pratique de vos engagements sociaux et environnementaux !  

Aller plus loin